Vers le haut

Le FC Metz rate un penalty...et la victoire

Metz - Bordeaux 0:0

Info sportspress.lu / www.fcmetz.com - Malgré de multiples occasions, un penalty et les encouragements retrouvés de leur public, les Messins n’ont pu faire mieux qu’un match nul face aux Girondins (0-0).

Cela aurait pu être le soir de tous les bonheurs. Celui des retrouvailles avec la victoire à domicile après trois revers de suite, celui des retrouvailles entre une équipe et son public. Seul le second aura donc été atteint ce mercredi, mais c’est déjà agréable. Car il aura fallu ce soutien des supporters, retrouvé en deuxième période, pour gonfler à bloc nos Grenats. Ces derniers ont tout tenté sur ce match, mais peu leur aura réussi. Même le penalty obtenu par Modibo Maïga en toute fin de rencontre n’aura pas suffi à débloquer la jauge de bonheur messine : Cédric Carrasso a arrêté le tir de Florent Malouda, qui, après son œuvre face à Caen le 1er novembre, n’aura pas réussi deux fois à sauver les siens sur le gong.

Pour autant, malgré le score, les hommes d’Albert Cartier ont montré un visage séduisant. A mille lieux de celui affiché à Amiens quelques jours plus tôt. Saint-Symphorien leur sied mieux, c’est une certitude ! Juan Falcon a montré sa joie de retrouver les terrains et multiplié les offensives, souvent bien servi par un milieu de terrain et des latéraux inspirés. Maïga, entré en jeu en seconde mi-temps, puis Andrada en fin de match, ont également déployé des trésors d’énergie pour convertir les offrandes de leurs coéquipiers, ou se sont même arrachés tout seuls pour chercher un but. En vain !

(Photos sportspress.lu / Michel Dell’Aiera)

La défense a tenu, les latéraux ont sans cesse tenté d’apporter le danger et le milieu a été solide. Alors un bon match, ça oui, mais pas un très bon résultat. Parfois, on n’arrive pas à avoir le beurre et l’argent du beurre. Dommage.

Equilibrés en première période, les débats se sont enthousiasmés en seconde à l’initiative des joueurs messins qui en avaient encore largement sous la semelle et qui voulaient à tout prix briser la mauvaise série de trois défaites d’affilée de la meilleure des manières. Durant les quarante-cinq premières minutes, peu d’opportunités franches furent à signaler, même si Sergei Krivets a tenté sa spéciale, un contrôle enchaîné avec une frappe acrobatique (17°), même si Falcon s’est présenté seul en pleine surface mais a subi le double retour chaotique de Pallois et Sane (33°), même si Malouda a repris un corner mal dégagé par la défense bordelaise sans inquiéter le frère Carrasso (35°) et enfin même si Doukouré était un poil trop court pour reprendre une magnifique contre-attaque initiée par Krivets et relayée par Falcon (40°).

En face, rien de plus alléchant puisque les joueurs de Willy Sagnol usaient de frappes lointaines sans danger : Khazri par deux fois (10°, 22°) et Plasil (39°) tentaient leur chance sans succès. Khazri pensait aussi avoir converti victorieusement de la tête un centre venu de la droite, mais il était logiquement signalé hors-jeu (24°).

Après la pause, c’était une autre histoire. Poussés par un public retrouvé, les Messins se sentaient pousser des ailes. Mais les assauts démultipliés sur les cages du portier bordelais ne finirent jamais au fond de ses filets. A plusieurs reprises, Kévin Lejeune manquait de reprendre des centres venus du côté opposé et un peu trop longs pour lui (55°, 66°), ou voyait sa frappe contrée après avoir été bien servi en retrait par Malouda (56°). Mieux ou pire, c’est selon, Falcon réussissait un petit numéro d’anthologie qui aura certainement sa place dans un « Total Régal » objectif : son petit coup de « je m’assois et je me relève aussitôt », en pleine surface, donna le tournis à son opposant et lui permit de transpercer la surface de réparation adverse ; son tir était malheureusement contré au dernier moment par Cédric Carrasso, qu’il faudra d’ailleurs penser à élire homme du match (75°).

Car si c’est le frère du gardien messin qui offrait un penalty aux hôtes de Saint-Symphorien pour un carambolage sur Maïga qui l’avait devancé, à trois minutes de la fin de la rencontre, c’est également lui qui sauva ses coéquipiers en repoussant le tir de Malouda (87°) qui avait pris ses responsabilités. La vigueur et la fraîcheur de Federico Andrada, qui se procura deux belles occasions dont une frappe sauvée sur sa ligne par Pallois (83°) et un tir non cadré (89°), ne changeaient plus rien à l’histoire. Ce duel des frères Carrasso aura donc tourné à l’avantage de l’aîné, dont l’équipe quitte la Lorraine avec un bon point. A charge de revanche : il y aura un match retour !

 

 

Portrait de sportspress.lu
AUTEUR

sportspress.lu

Médias

(08/10/2017 / lessentiel.lu) Le Luxembourg a complètement coulé face à la Suède (8-0)...
Dimanche, octobre 8, 2017 - 21:43
(14/09/2017 / CIO) La Session du Comité International Olympique (CIO), réunie à Lima...
Jeudi, septembre 14, 2017 - 12:06
(7/9/2017 - Fédération Luxembourgeoise de Football) L’Union des associations européen...
Jeudi, septembre 7, 2017 - 15:58
(3/9/2017 - lessentiel.lu) Un pied, une tête, la barre (une pour Griezmann et une pou...
Lundi, septembre 4, 2017 - 01:11

Espace Membres