“Je respecte votre travail, veuillez respecter le mien!” C’est avec ces mots que Luc Holtz a commencé la conférence de presse d’avant-match lundi soir (30/03) au Sporthotel à Lipperscheid.

Que s’était-il passé? Eh bien, quelques journalistes de la presse luxembourgeoise observaient l’entraînement dans les enceintes du stade à Lipperscheid au-delà des 15 premières minutes qui étaient ouvertes aux médias. Le sélectionneur n’a pas aimé…

Holtz n’a pas non plus apprécié les propos du président Paul Philipp après le match en Slovaquie (“J’ai honte”). L’entraîneur ne mâchait pas ses mots: “Jo, ech fannen den Inhalt vun de Wierder an d’Plattform, wou déi Wierder zum Ausdrock komm sinn, deplacéiert. Wa mer da rëm wëlle 5 oder 7 Träppleken no hanne goen, da musse mer dat maachen, ma da sinn ech net dee richtege Mann dofir.”

A côté de Holtz avait pris place Maxime Chanot. “Je suis ici en tant que représentant du groupe”, déclarait-il e.a., “mais je ne voulais plus vous parler. Je suis enervé et déçu. Durant les deux ans que je joue pour l’équipe nationale, je n’ai lu aucun article ou commentaire positif. Ne soyez pas étonnés si la prochaine fois personne ne sera plus à cette place durant la conférence de presse.”
__

P.S. Suite à ces affirmations gratuites, le comité de sportspress.lu sollicitera une entrevue avec le président de la FLF.

(Photo sportspress.lu / Petz Lahure)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here